Le bioplastique, solution pérenne ?

Remplacer le plastique, c’est bien… Mais par quoi ? Depuis plusieurs années, nombreux sont les scientifiques à s’être penchés sur la question.

Après l’interdiction des sacs en plastiques à usage unique dans les supermarchés, voilà qu’apparaît un nouveau matériaux : le bioplastique.

Provenants de matériaux dits biosourcés, entièrement ou partiellement fabriqués à partir de matières d’origine biologique, les bioplastiques sont généralement conçus à partir de matières végétales, souvent des céréales : maïs, blé ou pomme de terre. Ces bioplastiques doivent contenir au moins 40% de matière organique pour être considérés comme tels.

Mais le bioplastique est-il vraiment une solution miracle ?

C’est une solution renouvelable, mais…

Économiquement, la fabrication d’un bioplastique demande beaucoup de ressources : exploitations des terres, transformation des matières premières, transport… Ces terrains exploités pour faire pousser les cultures nécessaires au bioplastique, sont comme ceux dédiés aux biocarburants : ils ne servent pas une cause nourricière.

Écologiquement, le bioplastique est appelé comme tel alors qu’il est parfois fabriqué avec une énergie fossile non renouvelable : le pétrole. Or, il n’est plus à prouver que cette solution à un terme. Les cultures, parfois OGM, étant elles-mêmes encore trop souvent dopées par des engrais et soumises aux pesticides.

Du côté des pailles

Alors que les pailles en PLA semblent être une alternative idéale à la paille plastique traditionnelle, il convient de rappeler que même si le matériau est compostable, celui-ci ne se décompose uniquement dans un environnement spécifique et contrôlé et que pour un bon traitement de ce nouveau bioplastique, des infrastructures restent encore à installer.